Actualités

Recherches sur l'histoire des jardins : Le groupe de recherche poursuit ses travaux et fait appel à vos souvenirs Participez >

Conférences

Calendrier complet des conférences des Amis du Vieux Saint-Claude pour l'année 2018 - 2019 

Publications

Toutes les publications disponibles sont présentées en ligne. Pour les commander, téléchargez le bon de commande >>

Adhésion

Soutenez l'association et obtenez de nombreux avantages :
Les avantages de l'adhésion >

 

           

Conférence du mardi 5 mars 2019

Thierry BRESSAN : La dernière décennie de la mainmorte en France (1779-1789)

            La séance de mars est le fruit de plusieurs contributions : celle du conférencier bien sûr, qui avait accepté de se déplacer depuis la région parisienne où il enseigne l’histoire ; celle de la médiathèque Le Dôme qui accueillait pour la première fois dans son confortable auditorium une conférence des AVSC, sur un sujet en lien avec son fonds Voltaire, acquis en 2018 ; enfin celle de la librairie Zadig, co-donatrice du fonds en question.

            Thierry Bressan est l’auteur d’une thèse de doctorat intitulée : Le procès de la condition mainmortable en France et dans les Etats voisins (1661-1798), soutenue en 1996 à l’Université ParisVII, dont il a tiré une version raccourcie publiée chez L’Harmattan en 2007 et réimprimée en 2017, sous le titre Serfs et mainmortables en France au XVIIIe siècle : la fin d’un arbitraire seigneurial. L’auteur s’étant engagé à fournir un article pour le prochain bulletin des AVSC, nous ne résumons ici qu’à très gros traits le contenu de son riche exposé.

Les procès de la mainmorte sont bien connus des Haut-Jurassiens grâce à une historiographie quasi ininterrompue, qui va de la Dissertation de Christin (1772) jusqu’à l’ouvrage de nos membres Roger Bergeret et Jean Maurel L'avocat Christin collaborateur de Voltaire, 1741-1799 (AVSC/SEJ, 2002). Thierry Bressan s’est donc focalisé pour sa conférence sur la période qui va de l’édit royal d’affranchissement partiel d’août 1779 à la célèbre Nuit du 4 août 1789 et aux décrets antiféodaux qui lui font suite. Et le grand mérite de son travail est pour nous de replacer cette question de la fin de la mainmorte, incontournable pour l’histoire du Haut-Jura, dans un cadre géographique beaucoup plus large, celui de la France d’Ancien Régime avec quelques incursions dans les pays limitrophes, comme la Savoie ou la Westphalie. (.../...)

                                      Véronique Blanchet-Rossi